JACOV De Juifs à Chrétiens : A l'origine des valeurs


Accueil > Groupe de recherche

CV Lise Pérez

Entrée au Centre Universitaire de Formation et de Recherches d'Albi (81) en 2008, après un bac littéraire, je décide de me spécialiser en Histoire, tout en gardant la géographie, me permettant un regard sur le monde et l'actualité .

Je découvre l'histoire médiévale durant cette licence. Mais aussi une unité d'enseignement spécifique : les Travaux d' Études et de Recherches. Celle-ci guide les étudiants tout naturellement vers la méthodologie adoptée par la recherche historique et appliqué au document d’archive.
 
Ainsi, après trois années passées au CUFR à découvrir l'histoire de l'Occident médiéval entre Xe et XVe siècles, mon choix s’oriente donc vers la recherche et plus précisément l’histoire du Moyen Age. Je décide après l'obtention de la licence de poursuivre mes études à Toulouse 2-Le Mirail (31).
 
C'est en 2011 que je débute mon Master 1 , dirigé par Claude Denjean et co-dirigé par Sandrine Victor , intitulé « Master d'études médiévales ».  Le sujet porte sur les moulins du Bazacle au XVe siècle. J'emprunte alors la voie de l'histoire économique en me concentrant sur des archives de comptabilités des pariers. J'étudie alors les différentes stratégies de gouvernance mis en place dans ces premières sociétés anonymes, étudiées en 1949 par le professeur en droit Germain Sicard. Je découvre alors qu'un des facteurs de la pérennité de ces sociétés (huit siècles) est la « taille » soit l'impôt assumé par les différents porteurs de parts de la société. Après la rédaction du master 1, je le soutiens et obtiens mon droit de passage pour le master 2, et une mention très honorable, afin de poursuivre ces multiples questionnements.
 
A la rentrée 2012, je débute mon master 2. Dès lors, je dépouille à nouveau des archives comptables, notamment des registres de recettes et dépenses datant du XVe siècle conservés aux Archives Départementales de la Haute Garonne. Je m'interroge dorénavant sur la notion de crédit que pouvait utiliser les différents porteurs de parts ou encore sur leurs capacités à réinvestir leurs biens. Quant est-il aussi des réparations des moulins qui sont les premiers investissements des porteurs de part? Ou encore comment contrôler des registres de comptabilités et ont-il réellement pour vocation d'être justes ?
J'espère pouvoir répondre à ces différentes problématiques au cours de l'année scolaire 2012-2013 grâce à mes recherches, mais également grâce aux échanges que je peux mener avec l’équipe de chercheurs qui a repris le dossier « Bazacle » dans le cadre d’un projet interuniversitaire : Claude Denjean (UTM), Sébastien Pouget (UT1), Davis le Bris (ESC Bordeaux), Sandrine Victor (CUFR Albi) entre autres.


 

 

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page